Logo APA

Activités Physiques Adaptées

« Les Activités Physiques Adaptées regroupent l’ensemble des activités physiques et sportives adaptées aux capacités de la personne. Elles sont dispensées par des enseignants en Activités Physiques Adaptées, auprès des personnes (enfants – adultes) en situation de handicap et/ou vieillissantes, atteintes de maladies chroniques, ou en situation de difficulté sociale, à des fins de prévention, de réadaptation, de réhabilitation, de réinsertion, d’éducation et/ou participation sociale. ». (Société française des professionnels en Activités Physiques Adaptées)

Les séances d’Activités physiques Adaptées d’APA PACA sont proposés par Maxime COLIN et Adrien POPLIN, enseignants en activités physiques adaptées. L’activité pilates est encadrée par une instructrice de pilates à Cavaillon (84).

Nos séances

Une séance d’Activité Physique Adaptée dure environ 1 heure, et regroupe au maximum 6 personnes (pour les séances en groupe), soit en séance individuelle. Toute prise en charge commence par un entretien individuel où l’enseignant en Activités Physiques Adaptées établit un bilan sur l’état de santé général, les antécédents, les capacités physiques et les objectifs du patient. Un programme et des séances adaptées aux conditions et objectifs sont ensuite proposées afin d’établir un contrat de confiance.

Toute prise en charge sera en lien avec le médecin et les différents spécialistes référants du patient.

Nous pouvons également prendre en charge des personnes ayant pour objectif de reprendre le sport ou de remise en forme.

Séance type d’APA

  • Échauffement : mettre progressivement le corps en mouvement et accélérer le système cardio-respiratoire afin d’éviter toutes blessures;
  • Corps de séance : composé d’un ou plusieurs exercices en fonction des activités, ils varient par leurs contenus, intensités, nombres de répétitions, durées…;
  • Fin de séance : relaxation, exercices de respiration et étirements.

Les 10 commandements pour la réussite de nos activités physiques

  1. Choisir une activité qui plaise et qui soit à proximité du patient ;
  2. Pratiquer une activité physique modérée, régulière et adaptée ;
  3. Appliquer les règles de pratique : échauffement, étirements, récupération… ;
  4. Diversifier les activités ;
  5. Privilégier l’exercice à plusieurs : amis, proches, pros ;
  6. Consulter le médecin au moindre doute sur la santé ;
  7. Respecter les règles de sécurité ;
  8. Adopter une alimentation équilibrée et réduire la consommation de tabac et d’alcool ;
  9. Tenir un carnet de bord, y noter ses objectifs et ses projets ;
  10. Garder à l’esprit qu’un peu d’exercice vaut mieux que pas du tout…

1- Généralités

En France, 385 000 nouveaux cas estimés de cancer ont été relevés en 2015.

Depuis le rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS), l’activité physique et sportive apparaît comme une recommandation de grade IA de bonne pratique dont la validité est reconnue en France.

D’après le fond médical contre le cancer en 2009, 1/3 des cancers pourraient être évités avec un mode de vie plus sain (comportant l’Activité Physique et la diététique).

Les Activités Physiques Adaptées comme la diététique sont des thérapeutiques non médicamenteuses reconnues.

2- Bénéfices de l’Activité Physique Adaptées

L’activité physique permet de prévenir l’apparition de cancers :
Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée en prévention primaire du cancer
Effet dose/réponse +++
↑ du risque de 6 % de développer un cancer du sein, à chaque heure d’AP ajoutée/semaine
↑ de 10 % du risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées à partir de 2h d’AP/semaine
↑ de 15 à 35 % du risque de développer un cancer en fonction du type de cancer
↑ de 21 % du risque de cancer par l’activité physique de loisir et ménage
↑ de 18 % du risque de cancer par l’activité de marche et de vélo
↑ de 13 % du risque de cancer par les activités professionnelles

Nos programmes ont également un rôle important après l’apparition et durant le traitement de la maladie :
Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée en prévention secondaire et tertiaire
Pendant les traitements Après les traitements A moyen/long terme
↑ Capacité aérobie Courneya et al., 2007 ↑ Force musculaire, souplesse, composition corporelle ↑ Rechute de cancer de 24 %
↑ Force musculaire Courneya et al., 2008 ↑ Fatigue Mischra, 2015 ↑ Mortalité liée au cancer du sein de 33 %
↑ Poids, composition corporelle (masse grasse/maigre) ↑ Qualité de vie Friedenreich et Orenstein, 2002 ↑ 4 % survie à 5 ans après cancer du sein
↑ Fatigue Friedenreich et Orenstein, 2002 ↑ Anxiété, Dépression ↑ Mortalité générale
↑ Qualité de vie Bicego et al., 2009 ; Montazeri, 2008 ; Daley et al., 2007 ↑ Image du corps Bicego et al., 2009 ; Speck et al., 2010 ↑ Prévention secondaire Ibrahim, 2011 ; Ballard-Barba 2012 ; Blarigan, 2015
↑ Anxiété, Dépression INSERM, 2008 ; WCRF/AICR, 2007 ↑ Effets secondaires après traitements Klass, Gombos, Lamotte, 2015
↑ Douleurs ↑ 50 % de récidive du cancer du sein Journal of clinical oncology
↑ Risques infectieux Inoue et al., 2010
↑ Adhérence aux traitements Klass, Gombos, Lamotte, 2015

Nous proposons différentes activités et programmes qui répondent au mieux à vos attentes et objectifs.

3- Objectifs de la prise en charge

Les objectifs d’APA-PACA répondent à différentes recommandations :

  • Recommandations Haute Autorité de Santé (HAS): systématisé dans le parcours des patients, la prise en charge du surpoids, la prévention d’une prise de poids pendant le traitement et la prévention de la sédentarité avec l’augmentation du niveau d’activité physique
  • Plan national « sport santé bien-être » – volet – « publics à besoins spécifiques »: développer la pratique d’activités physiques et sportives pour les personnes atteintes de pathologies chroniques non transmissibles

L’ensemble de la prise en charge repose sur les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évolue en fonction de celles-ci.

1- Généralités

3.3 millions de personnes sont traités pour le diabète en France en 2015. Et environ 300 000 cas sont relevés dans la région PACA.

L’Activité Physique Adaptée a de nombreux effets bénéfiques dans la prévention et le traitement du diabète.

Elle joue un rôle bénéfique dans l’efficacité de l’insuline par une augmentation de la sensibilité des tissus à son action. Le mouvement musculaire réalisé lors de l’activité permet une utilisation de l’insuline et donc une diminution du taux de glucose sanguin (glycémie). Ces effets permettent donc une meilleure régulation du diabète.

L’activité permet de jouer un rôle préventif en diminuant l’insulino-résistance, ainsi qu’en permettant un contrôle du poids et donc de diminuer le risque de développer un diabète.

De nombreuses études scientifiques ont démontré les effets bénéfiques de l’activité physique, qu’ils soient physiologiques ou psychologiques.

2- Bénéfices de la prise en charge

Les effets bénéfiques d’un point de vue physiologique de l’activité physique :
Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée en prévention du Diabète
Prévention Primaire Prévention Secondaire
↓ de 58 % du risque d’apparition du DT2 chez les personnes à haut risque métaboliques. (Tuomilehto I, Lindstrom J, Eriksson JG) ↓ de l’insulino-résistance (Balkau B, Mhamdi L, Oppert JM ; Delvin JT, Hirshman M, Horton ED).
↓ de la glycémie et des réserves de glycogène musculaire
↓ de 10 à 20 % de l’HB1AC (Delvin JT, Ruderman N)
→Les personnes présentant une faible aptitude aérobie, ont 3 fois plus de chance de déclarer un DT2, que ceux dont l’aptitude aérobie est élevé. (Wei M et al) ↑ de la signalisation post récepteur de l’insuline
↑ de GLUT 4 (Kennedy J, Hirshman M, Gervino E, Ocel J)
↑ de l’activité de la glycogène synthétase et de l’hexokinase conduisant a une ↑ de la capacité oxydative du muscle
Donc :
↓ Du risque de DT2
↑ de la capilation et du débit sanguin musculaire, avec une augmentation des enzymes hexokinases, et de la glycogène synthétase (Mercier J, Perez-Martin A, Bigard X)
↑ de la quantité de gucose et d’insuline délivrée aux muscles, par augmentation de la densité capillaire et de la vasodilatation NO dépendante
↓ de la masse grasse viscérale et sous-cutané abdominales (Goodpaster B, Thaete F, Simoneau J ; Raeven G, Hollenbeck C, Jeng C)
↓ de la production hépatique de glucose
→ Modification de la composition musculaire (↑ de la proportion de fibres oxydatives de type 1)
↓ de 0,84mmol/L de la glycémie entraînant alors une diminution de l’incidence de 30 à 70 % du DT2. (Yamaoka K, Tango T) →Déplétion glycogène musculaire est un bon stimulant pour que le glucose sanguin soit capté par le muscle
→Amélioration du profil lipidique et du profil tensionnel
→Amélioration de l’humeur, sensation de bien être, estime de soi, humeur et donc de la qualité de vie (Fox KR, Elley C, Kerse N, Arroll B)

3- Objectifs de la prise en charge

L’équipe APA PACA s’engage à établir un programme adapté à vos capacités et besoins, qui sera composé de différents types d’activités (endurance, musculaire, relaxation, souplesse…). Pour cela les professionnels en activités physiques adaptées réaliseront un bilan initial, et détermineront le type d’entrainement le plus adapté, ainsi que le cycle à réaliser.

Les activités proposées seront différentes en fonction des besoins mais aussi des préférences de chaque patient.Nous proposons différents programmes répondant au mieux aux attentes et objectifs.

L’ensemble de la prise en charge reposera sur les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évoluera en fonction de celles-ci.

1- Généralités

On compte près de 120 000 infarctus du myocarde par an en France.

La sédentarité fait partie des facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Il existe un lien statistique entre le faible niveau d’activité physique et le risque d’accident cardiovasculaire

2- Bénéfices de la prise en charge

L’impact de l’AP sur la morbi-mortalité cardiovasculaire est multifactoriel. Elle repose sur l’amélioration des anomalies physiopathologiques liées aux affections athéromateuses et le meilleur contrôle des facteurs de risque cardiovasculaires avec pour résultante finale un ralentissement du processus athéromateux.

Bénéfices de l’activité physique adaptée sur les pathologies cardiovasculaires
↓ du LDL cholestérol dit « mauvais cholestérol » ↑ des capacités aérobies
↓ de l’hypertension artérielle ↑ du HDL cholestérol dit « bon cholestérol »
↓du risque de diabète de type 2 ↑ de la perfusion du muscle cardiaque
↓ incidence d’accident vasculaire cérébral de 25 % (Lee IM et coll. 2003 Wendel-Vos et coll 2004) ↑ du contrôle de l’hypertension artérielle
↓ du risque athéromateux et la création de thrombose ↑ de l’élasticité des tissus sanguins et de l’hyper-coagulabilité
↓ du risque de troubles du rythme cardiaque (Billamn, 2002) ↑ de l’activité fibrinolytique
↓ adhésivité plaquettaire et viscosité plasmatique ↑ de la densité capillaire au niveau des fibres musculaires striées
↓ du syndrome inflammatoire biologique ↑ de la vasodilatation endothélo-dépendante dont l’oxyde nitrique (NO) est un des principaux médiateurs
↓ de la mortalité après un accident cardiovasculaire ↑ des capacités physiques
→ aide au sevrage tabagique ↑ de l’autonomie et de la qualité de vie
↑ de la sensation de bien-être, réduit l’anxiété, le stress et la dépression qui sont des facteurs de risques cardiovasculaires.

3- Objectifs de la prise en charge

Compte tenu des effets démontrés, l’activité physique fait partie des principales préconisations faites par les sociétés savantes dans le cadre de la prévention primaire des maladies cardio et cérébro-vasculaires.

L’activité physique est indiquée, non pas pour remplacer un traitement, mais plutôt en association avec lui pour obtenir un résultat optimal dans les situations au cours desquelles le reconditionnement à l’effort a été validé :

  • post-infarctus du myocarde ;
  • post-pontages aorto-coronaires ;
  • post-angioplasties ;
  • angor stable ;
  • insuffisance cardiaque chronique ;
  • post-transplantation cardiaque ;
  • artériopathie des membres inférieurs.

L’ensemble de la prise en charge repose les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évolue en fonction celle-ci.

1- Généralités

En France, 3.5 millions de personnes sont touchés par la BPCO et 4 millions par l’asthme.

Les pathologies respiratoires telles-que la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) ou l’asthme sont en croissante évolution ces dernières années. Il est prouvé scientifiquement que l’activité Physique a des effets bénéfiques pour ces pathologies.

2- Bénéfices de la prise en charge

– BPCO :

  • Prévenir la progression de la maladie ;
  • Réduction des symptômes comme la dyspnée ou la fatigue ;
  • Amélioration de la tolérance à l’exercice ;
  • Reprise de masse musculaire des membres inférieurs ;
  • Prévenir les complications et les exacerbations ;
  • Diminution de l’état d’anxiété ou de dépression lié à la maladie ;
  • Diminution du nombre d’hospitalisations ;
  • Amélioration de la qualité de vie ;
  • Réduction de la mortalité.

– Asthme :

  • Contrôle de l’asthme ;
  • Diminution de l’hyperventilation, de la fréquence cardiaque à un niveau donné, et un recul du seuil ventilatoire ;
  • Amélioration de la capacité physique et de la tolérance à l’effort ;
  • Diminution de la sévérité des crises ;
  • Diminution des hospitalisations.

L’ensemble de la prise en charge repose sur les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évolue en fonction de celles-ci.

1- Remise en forme

1- Généralités

L’Activité Physique Adaptée a des effets positifs sur différents troubles mentaux :

  • L’anxiété et le stress ;
  • La dépression ;
  • Les troubles cognitifs ;
  • Les déficiences intellectuelles.

2- Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée

  • L’anxiété et le stress :
    • Réduction de l’anxiété et de l’anxiété d’état ;
    • État de relâchement et de bien-être ;
    • L’activité physique est considérée comme une « thérapie secondaire et complémentaire ».
  • La dépression :
    • Diminution des troubles secondaires ainsi que des symptômes ;
    • Augmentation de la condition physique ;
    • Augmentation de la qualité de vie.
  • Troubles cognitifs :
    • Répercussions positives sur la mémoire ;
    • Amélioration de la motricité fine ;
    • Amélioration de la coordination ;
    • Effets positifs sur le raisonnement ;
    • Amélioration de la capacité de réaction.
  • Déficiences intellectuelles :
    • Augmentation de l’estime de soi ;
    • Augmentation des performances motrices (coordination, équilibration, latéralisation, …) ;
    • Réduction des comportements inadaptés ;
    • Augmentation de la sociabilisation ;
    • Amélioration de certains troubles secondaires tels que: l’hyperlaxité, l’obésité…

L’ensemble de la prise en charge repose sur les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évolue en fonction de celles-ci.

1- Généralités

Le surpoids/obésité est un facteur de risque majeur pour les pathologies cardiovasculaires, cancers, respiratoires, troubles musculo-squelettiques, diabète, et est souvent associé aux troubles mentaux.

En France, 15% des adultes et 3.5% des enfants souffrent d’obésité et le surpoids touche 32% d’adultes et 14.5% des enfants.

2- Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée

L’Activité Physique et l’adulte en surpoids/ obésité :

L’activité physique participe au maintien du poids en parallèle d’une perte de poids initiale, et une réduction de la graisse abdominale par des mécanismes à la fois physiologiques et psychologiques.
La perte de poids obtenue en associant un programme et diététique et d’activité physique est supérieure à celle résultant du régime seul.

De plus l’activité physique permet également de réduire le risque cardiovasculaire,  indépendamment des variations de poids, et est associée à une augmentation de la qualité de vie.

De façon générale, l’activité physique a des effets positifs sur le plan psychologique en améliorant l’humeur, la sensation de bien-être et l’estime de soi.


L’Activité Physique et l’enfant en surpoids/ obésité :

L’intérêt de l’activité physique dans le traitement de l’enfant et l’adolescent en surpoids est prouvé. Les effets de la pratique d’activité physique sont nombreux et agissent sur la composition corporelle, les profils métaboliques et les facteurs psychologiques.

L’association de l’intensification de l’activité physique et/ou la réduction des comportements sédentaires à une restriction alimentaire représente la meilleure stratégie.

L’ensemble de la prise en charge repose sur les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évolue en fonction de celles-ci.

1- Généralités

Les Troubles musculo-squelettiques sont les principales causes d’arrêt maladie en France, près de 40 000 personnes en seraient atteintes.

L’Activité Physique Adaptée a de nombreux effets bénéfiques sur les personnes souffrants de troubles musculo-squelettiques, de handicaps ou à la suite de traumatismes importants.

2- Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée

La pratique d’AP n’a pas toujours été conseillée chez les patients souffrant de rhumatismes, pourtant ces effets positifs ont été démontrés. Elle entraîne une diminution de la douleur, de la raideur articulaire, de la fonte musculaire et  prévient le risque d’ostéoporose. Elle améliore la qualité de vie, diminue la fatigue chronique et offre une meilleure gestion du poids.

Les activités proposées impliquent au maximum une économie articulaire et n’entraînent pas d’aggravation de l’atteinte structurale et du handicap fonctionnel en respectant la règle de non douleur.

3- Objectifs de la prise en charge

Une prise en charge adaptée réalisé par les enseignants en activités physiques adaptées permet une diminution de la douleur et une amélioration de la qualité de vie des patients atteints de :

  • Troubles musculo squelettiques généraux et plus particulièrement de lombalgie chronique ;
  • Arthrose ;
  • Polyarthrite rhumatoïde (PR) ;
  • Spondylarthrite ankylosante (SPA) ;
  • algodystrophie ;
  • Traumatisés médullaires.

L’ensemble de la prise en charge repose sur les dernières recommandations et recherches scientifiques et évolue en fonction de celles-ci.

1- Généralités

APA PACA s’inscrit dans la prévention de la perte d’autonomie. La pratique d’une activité physique régulière est recommandée afin de prévenir la perte d’autonomie, surpasser la peur d’une chute ou d’une rechute mais également de prévenir certaines pathologies cardiovasculaires, pulmonaires ou encore le surpoids/obésité.

2- Bénéfices de l’Activité Physique Adaptée

  • Gain de masse musculaire ;
  • Augmentation densité osseuse ;
  • Contrôle du poids ;
  • Diminution de la tension artérielle ;
  • Diminution du cholestérol, triglycérides ;
  • Diminution du risque d’avoir un cancer ;
  • Meilleur contrôle glycémique ;
  • Diminution des douleurs ;
  • Diminution du risque de chute;
  • Augmentation de l’équilibre ;
  • Sensation de bien être.

3- Objectifs de la prise en charge

Nous proposons alors des séances adaptées à tout à chacun, selon les objectifs et les résultats du bilan initial réalisé en début de programme.

Thèmes des séances :

  • Renforcement musculaire ;
  • Endurance ;
  • Travail de la posture ;
  • Prévention chute ;
  • Gain d’amplitude articulaire ;
  • Équilibre ;
  • Jeux collectifs.

L’ensemble de la prise en charge repose sur les dernières recommandations et recherches scientifiques, et évolue en fonction de celles-ci.